Argumentaire contre la grande distribution

Quelques arguments économiques concernant les impacts de l’installation des grandes surfaces sur le tissu économique et social local, petit échantillon des réflexions qu’on voit passer sur la liste de diffusion des signataires de la pétition « Non au Carrefour au Rectorat » :

1) L’essor de la grande distribution s’accompagne du déclin des activités économiques locales.

2) En France une étude récente de l’INRA montre que la part de marché des six principales centrales d’achat dépasse 70% du marché alimentaire (une jolie oligopole).

3) Contrairement à ce que l’on pourrait croire, le mythe selon lequel l’implantation de supermarchés serait bénéfique à l’économie locale est faux.

De nombreuses études montrent que ces chaînes de distribution ne profitent pas ou très peu à l’économie locale : au contraire, elles participent à la fuite des capitaux.

4) L’implantation d’une grande surface s’accompagne de la baisse de salaire moyen des commerces de détail locaux et, selon une autre étude, elle « provoque une perte d’emplois locaux » (270 en moyenne, d’après l’étude – contre une création annoncée de 90 emplois pour « notre » Carrefour).

5) Enfin, d’autres études montrent que l’implantation de supermarchés s’accompagne d’une perte de cohésion du tissu social. Une étude menée aux États-Unis a même établi un lien entre le nombre de grandes surfaces et le nombre de groupes ou d’associations générant du lien social et le taux de participation : quand le premier augmente, les autres diminuent!

En même temps, de l’autre côté de la barrière, de nombreux mouvements de coopératives citoyennes émergent : les citoyens se regroupent et reprennent collectivement la gestion d’un magasin (le Park Slope Food Coop de New-York est le plus célèbre, mais bientôt il y aura aussi La Louve dans le 18e à Paris) d’un restaurant, d’un terrain agricole ou même d’un espace culturel commun.

Que voulons-nous pour notre quartier ?

Et à quoi pensent nos élus en persistant à faire le jeu de la grande distribution ?

Études citées :
– Rob Hopkins, 2014. Mouvement pour les villes en transition.
– Portas M. 2011. The Portas Review : an Independent Review Into the Future of our High Streets, Department for Business, Innovation and Skills.
– Federation of small businesses, 2006. The Effect of Supermarkets on Existing retailers, Roger Tym & Partners.
– Civic economics, “indie impacts study series : a national comparative survey with the american booksellers association.Salt lake city” www.localfirst.org/images/stories/SLC-Final-Impact-Study-Series.pdf
– The urban conservancy / civic economics, 2009. “Thinking outside the box: a report on Independant merchants and the New Orleans economy”.
– Fleming DA et Goetz SJ, 2011. Does local firm ownership matter? Economic Developpement Quaterly.
– Porter S et Raistrick P, 1998. The impact of out of centre food superstores on local retail employment, The national retail planning forum.
– Goetz SJ et Rupasingha A, 2006. Wal-Mart and social capital, Northeast regional center for rural development. 

Et n’oublions pas le grand classique, en français :

Christian Jacquiau. Dans les coulisses de la grande distribution. Paris, Albin Michel, 2000. http://www.christian-jacquiau.fr/

« La France est le pays d’Europe qui compte le plus grand nombre d’hyper et de supermarchés par habitant. […] Au nom du mythe des “prix bas”, les pousseurs de chariots à roulettes ont laissé se mettre en place une machine infernale, largement responsable du règne de la “mal-bouffe”, de la standardisation de la consommation et de l’appauvrissement économique. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s