Notes du 12 mai pour le 3 juin

– La société civile c’est nous. Nous autres, les gens, les citoyens.

– Les individus conscients que local et global interagissent sur nos vies. Sur nos EXISTENCES.

– Le rapport de classes se perpétuent implacablement avec le nouveau totalitarisme des multinationales. Cargill et bien d’autres. Cargill dont le discours d’enfumage consiste en une autopromotion de bienfaiteurs de l’humanité. « Nous pourrons nourrir plusieurs milliards de personnes. » Alors qu’ils comptent parmi les pires prédateurs de la planète. Nous sommes donc conscients de toutes les implications socio-économiques, politico-médiatiques, depuis Cargill jusqu’au bâtiment encore inoccupé de l’ancien Rectorat.

– Concernant le 94 avenue Gambetta, l’aide d’un avocat n’est pas surperflue afin de dénoncer efficacement les vices de forme du dossier. Mais le vice de forme fondamental est celui du « Système » et qui se répercute en tous ses aspects.

– « Système » : tous les politiciens, ou presque, se prétendent « hors système ». Etonnant, non ? Comme aurait dit Monsieur Cyclopède en son temps ? Au fait, « le Système », qu’est-ce à dire ?

– Ces dernières semaines, on a pu constater qu’avec l’actuel et redoutable dispositif politico-médiatique, la vieille technique du « viol des foules » a fait des progrès.

– La grande arnaque vient d’avoir lieu. La « victoire » annoncée du candidat de la haute finance. « Le Kid » ne doit pas bénéficier d’une majorité à l’assemblée. Cette « victoire » correspond, entre autres choses, à l’épuisement de la monarchie présidentielle à l’ancienne et au dysfonctionnement accru des partis « traditionnels ».

– Nous le savons depuis assez longtemps, la Crise généralisée n’est pas seulement économique et financière. Cet aspect économique et financier détermine, bien entendu, la presque-totalité des rapports sociaux, étant donné qu’il s’est imposé comme le seul et unique « Principe de Réalité ». Le plus grave, en cette époque de recyclage et de simulacre, où les lignes et les repères se déplacent toujours plus vite pour que dans le fond rien ne change, c’est le Déficit Existentiel.

– Donc, le moment est venu d’une Opposition, d’une Résistance, d’une Insoumission profondes et durables. À partir d’un mouvement citoyen multiforme et en synergie avec divers courants affinitaires. Contre le délire productiviste et pour les vrais besoins humains.

– C’est travailler à un changement de mentalité. À un nouvel entendement. Pour retrouver le sens du Réel. Pour redonner du sens à nos existences.

– C’est ce que la Manif du 3 juin devrait, avec les revendications spécifiques et légitimes, exprimer au moins de façon plus ou moins implicite. Cette Manif ? Un espace-temps en mouvement vers la perspective d’une ville et d’un monde habitables.

– Avec une autre manière de voir et de penser.

– Et puisque les spécialistes de la propagande ne se gênent pas pour récupérer à coup de slogans tout ce qui peut servir leurs intérêts, on peut facilement en faire autant.

– « L’Insoumission en Mouvement »

– « En Marche pour l’opposition aux grands prédateurs de la grande distribution »

– « En Marche pour une réelle opposition citoyenne »

Et aussi :

– « NOS EXISTENCES ! »

– « NOUS EXISTONS !…

– … et ne sommes pas que des consommateurs. »

(À suivre)

M. C.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s