Pour en savoir plus, cliquez sur les mots en grisé dans le texte

Covid19 Infos

Une ligne de téléconsultation pour les cas de COVID-19 : 01 83 62 38 53
Plus que jamais en cette période, le lien avec votre médecin traitant ou, si vous n’en avez pas, avec un médecin est essentiel. Il est votre interlocuteur privilégié. Près de 50 médecins du 20e, membres de la CPTS du 20e, sont mobilisés, en partenariat avec la Mairie du 20e, pour le suivi des patients et de leurs différentes pathologies et pour faire face au coronavirus. Ils se sont, en effet, organisés afin de prendre en charge tous les patients selon un circuit sécurisé : il n’y a aucun risque à aller consulter. Si vous pensez avoir contracté le nouveau coronavirus ou si vous vous posez des questions, n’hésitez pas à appeler votre médecin traitant pour une consultation ou une téléconsultation.
Dans le cas où votre médecin ne peut pas vous recevoir dans les 6 heures, vous pouvez appeler le 01 83 62 38 53. Un médecin proche de chez vous vous prendra en charge en téléconsultation.

Service de télémédecine (CPTS du 20e, Mairie du 20e et hôpital Tenon)

Moins d’hypers et supermarchés promis ou espérés par la Ville mais…
toujours moins d’activités socio-culturelles à Paris ?

Réponse du berger à la bergère?  Après que FR3 soit revenu dans son « édition de proximité » Paris-Idf du 8-1-2020  [cliquer pour voir la (rediffusion du 20 février 2020) à lire de la 10e à la 14e minute du journal ] sur l’échec de Carton Rouge à bouter le Carrefour hors de l’ancien rectorat, la chaîne régionale ne manquait pas, cinq minutes après le début du « J-T du 12-13 » qui suivait, de donner la parole à Jean-Louis Missika, adjoint  à la maire de Paris. Grâce à cette intervention d’un élu, membre de premier rang de l’exécutif parisien — certainement motivée par un rassemblement contre le projet, qui se tenait le soir même sur le parvis de la gare, mais FR3 n’en a rien dit –, les Parisiens n’auront pas — ou plus — le mauvais esprit de penser un seul instant que la majorité municipale en fin de mandat fut, un moment, à la solde des grandes enseignes de la distribution… si cela l’a jamais été, ce n’est, ce ne sera de toute façon plus le cas. Sous-entendu  « on ne le fera plus, votez bien » ?

Paris veut moins d’Auchan gare du Nord ? Jean-Louis Missika le disait sur « Le Parisien » en juillet dernier et le répétait donc encore opportunément sur FR3. La Ville veut un projet commercial moins pharaonique que prévu par le permis de construire de la nouvelle Gare du Nord… bon courage  à Madame Hidalgo pour modérer les appétits démesurés de la grande enseigne Auchan dans la gare du Nord, ceux de E. Leclerc à la gare Montparnasse et ceux de Carrefour un peu partout dans Paris (les grandes surfaces rue de Sèvres, à Barbès, avenue Jean-Jaurès, dans l’ancien rectorat à Saint-Fargeau, etc., etc. et à chaque coin de rue pour les petites surfaces). Maintenant les loups sont entrés dans Paris, quelquefois par la porte ouverte par une signature de la Ville en bas d’une autorisation de la CDAC (Chambre départementale d’aménagement commercial), où elle siège de droit, ou de toute façon par un permis de construire… accordé par la Ville !

Les loups seront donc apprivoisés … Couché !
Cependant ils semblent n’avoir peur de rien ni de personne, même que ça semble les faire ricaner ces carnivores :  Gontran Thüring Délégué général du CNCC, Conseil National des Centres Commerciaux, dans le journal Business Immo du 8-1-2020 considère que dans cette affaire de gare du Nord « certains édiles parisiens » sont proches du burlesque rabelaisien avec leurs « alliances pichrocolines »…

A noter que les promoteurs associés aux décideurs ont déjà décidé de rebaptiser à leur sauce ce monument patrimonial ferroviaire en « Stationord ». Un jour prochain ne faut-il pas s’attendre à ce qu’on aille prendre le train – du progrès – à « Stationord Auchan »?, comme on va aux jeux du cirque marchand non plus au Palais Omnisport de Paris-Bercy mais à l’AccorHôtel Arena ?  Quand la sécu sera privatisée, prochaine étape probable après les retraites, on n’ira plus se soigner aux Quinze-Vingt mais on achètera une prestation médicale à l’Afflelou Eye Hospital ? Aïe. Pas à l’œil !

Sans attendre les péripéties de cette guerre, plus modestement, la Ville veut-elle bien aider les associations locales du 20e à mettre un peu de socio-culturel dans l’ancien rectorat investi par Carrefour et Publicis ? C’est à sa portée sans trop d’efforts, car il ne s’agit ici que de 150 à 300 m2 possédés par Icade, filiale de la Caisse des Dépôts et qui a donc un peu, beaucoup, passionnément obligation de défendre l’intérêt public et pas seulement de faire des sous avec nos sous, ou pas du tout ? D’autant que cette structure était promise au non-commercial dans le permis de construire et surtout dans une convention signée par la maire du XXe, par Carrefour et le promoteur initial, l’américain Cargill (qui a revendu rapidement le rectorat à Icade avec 53 millions de plus-value).

En tout cas, convaincre Icade de laisser une place à une structure d’intérêt général dans l’ancien rectorat était l’objet de plusieurs courriers de Carton Rouge à Olivier Renard , le chef de cabinet de l’adjoint à la maire Jean-Louis Missika. Pas de réponse depuis juin dernier…

Avec les élections qui approchent, les 5.000 riverains signataires de la pétition contre le Carrefour du rectorat peuvent-ils espérer, un tout petit peu, beaucoup, passionnément des alternatives au tout-marchand, ou pas du tout ?

Un vœu on n’en veut pas ?

Cliquez sur le texte gris vers la vidéo :
Année 2019 de Carton Rouge et du Collectif Maison de l’Air

Locaux associatifs et culturels : l’espoir fut relancé…

Capture d’écran (381)

Ce vœu adopté au conseil de Paris en juillet 2019, proposé par l’exécutif, ouvrait une perspective très favorable à la concertation concernant notamment l’attribution des locaux de 150 m2 faisant partie de l’ancien rectorat, situés rue du Groupe Manouchian. Ce local était promis à « une structure d’intérêt général », selon la convention-cvi-carrefour-maire du XXe signée en 2015.

L’intérêt général n’est-il pas de donner des locaux aux associations qui payent de plus en plus cher des locaux privés, à celles qui ont perdu leur hébergement au centre des Amandiers fermé par la Ville en septembre 2018, à la centaine d’associations qui ont perdu leurs locaux du Théâtre de Ménilmontant fermé par les pères salésiens courant 2019 et à la quarantaine d’associations chassées de la rue des Vignoles par un incendie?

On eut donc attendu cette concertation promise… qui ne vint jamais….

Zut ! C’est jamais comme on veut.

Tous nos vœux aux élus pour les élections ! Et tous nos vœux qu’une fois élus ou réélus l’exécutif tiennent compte de leurs… vœux…

Carrefour et Publicis ne gâcheront pas leur cadre de vie
Soutenons les riverains !

réunion mairie

L’un des avatars de l’installation de Carrefour et Publicis dans l’ancien rectorat est ce que la mairie nomme « la requalification de la rue du Groupe Manouchian ».

Effectivement les travaux ont abîmé la chaussée mais, comme ils l’ont déjà exprimé en mai dernier lors d’une première réunion d’information, sa rénovation n’est pas ce qui inquiète en premier lieu les riverains.

Il n’y a pas là une urgence absolue, car d’autres travaux, pour la construction d’une résidence, sont d’ores-et-déjà programmés dans leur rue.  Il s’avère surtout qu’avec les activités de Carrefour et de Publicis la rue du Groupe Manouchian est désormais employée par les camions de gros gabarit pour charger et décharger dès 6h30 du matin et ce plusieurs fois dans la journée.

A cause des nuisances et des risques les riverains ont déjà réclamé à la mairie l’interdiction aux gros gabarits de descendre leur rue dans sa partie étroite, voire même que cette partie étroite de la rue soit piétonisée.

Les riverains soutenus par Carton Rouge ont obtenu un vœu puis la concertation.

Capture d’écran (381)

A force de mobilisation et d’avoir fait entendre leur voix, les riverains ont aussi obtenu un arrêté de la Ville pour un essai de piétonisation de la partie étroite de leur rue…

Pour l’heure, les travaux prévus fin novembre n’ont pas encore commencé… et la fin de la mandature approche… ne peut-on au moins installer un panneau d’interdiction aux camions d’emprunter cette rue minuscule ? C’est une question urgente de sécurité pour les habitants dont la sortie d’immeuble est quasi directe sur la chaussée.

Carton Rouge reste vigilant avec les riverains. A la veille des élections municipales, un accident provoqué par un camion Carrefour serait du plus mauvais effet.

 

Le 29 juin 2019, on a fait sa fête au Carrefour business

 

Reportage de Télé Bocal

Télé Bocal, reportage de la manifestation Carton Rouge+Attac 

Intervention de Carton Rouge

Préambule du 29 juin 2019

Intervention d’Attac

Carrefour-Attac

Intervention des Gilets Jaunes de Belleville

Gilets Jaunes de Belleville à la mobilisation du 29 juin 2019

Intervention de Frédéric Guerrien, élu du 20e

Frédéric Guerrien, élu du 20e

Texte de Michel Capmal, militant Carton Rouge

AU CARREFOUR DU TEMPS PRESENT

cropped-carton-rouge-arbitre-1.jpg

Musique ! Carnaval ! Forum ! Fête populaire !
Casseroles, sifflets et confettis !
Avec vos copains, vos cousins, vos voisins !

Nous ne sommes pas que des consommateurs !

NON ! au business de Carrefour et consorts

(une bien juteuse opération financière, immobilière et commerciale)

NON ! à l’intox’ publicitaire !

Carrefour c’est :

Encore du chômage ! Encore de la précarité !

Encore et encore le saccage de notre planète !

Les camions Carrefour et Publicis ne nous gâcheront pas la vie !
Le super Carrefour, ses magasins adjacents et la cantine de Publicis seront livrés rue du Groupe Manouchian.
Les garages pour les cadres seront également situés dans cette rue. Si celle-ci est large dans sa première partie jusqu’aux garages, juste en face des aires de livraison elle se rétrécie à cause d’une maison dont la destruction est programmée par un autre projet immobilier. Ensuite la rue se rétrécit encore pour n’être plus qu’un étroit passage pour une seule voiture et avec des trottoirs d’à peine 50 cm de large, insuffisants pour une poussette, et avec des portes d’entrée d’immeuble quasi sur la chaussée.

Les livraisons vont entraîner un flux incessant de gros véhicules, avec des répercussions sur le cadre de vie des riverains et un danger permanent pour les gens sortant de leurs immeubles, notamment les enfants.

La mairie du XXe convie les habitants à une réunion publique d’information concernant la « requalification de la rue du Groupe Manouchian »
Mercredi 29 mai 18h30 en mairie du 20e, salle du conseil
A l’invitation de Frédérique Calandra en présence de Renaud Martin, adjoint chargé de la Voirie et de l’Espace public et de représentants des services de la Ville de Paris
Il est essentiel que les membres de Carton Rouge, ceux de l’association Gambetta-Saint Fargeau Villages, et ceux de Surmelin-St Fargeau Environnement assistent les plus nombreux possible à cette réunion pour exiger que Carrefour respecte notre cadre de vie.
Les riverains ont été informés de cette réunion par affiche seulement le vendredi, pour une réunion mercredi, juste avant le weekend de l’Ascension, ce qui est du mépris et n’augure rien de bon concernant les décisions déjà prises… comme si on voulait que peu de riverains assistent à cette réunion d’information…
Des riverains qui commencent à signer massivement une pétition.
Pour exiger :
– une vraie concertation des riverains et des voisins du quartier et notamment via nos associations ;
– la piétonisation de la rue du Groupe Manouchian ;
– sinon au minimum une interdiction de la circulation aux gros véhicules dans sa partie étroite.
Les camions pourront très bien repartir par la partie large de la rue qui débouche avenue Gambetta, la photo ci-dessous prise pendant les travaux montre à droite la maison jaune et le mur rouge qui vont être démolis, juste en face de l’aire de livraison.
Capture d’écran (104)
Si le projet de la mairie s’avérait respectueux des riverains, dont acte.
Sinon le soutien des habitants et des associations locales est indispensable pour peser plus fort que les lobbies de Carrefour, Icade et Publicis sur les élus.
Soyons à la réunion mercredi pour réagir aussitôt si besoin. Carrefour ouvre courant juin ! Après il risque d’être trop tard.
Carton Rouge participait à
(voir Photos)
Capture d’écran (358)

Entre autres arrêts sur le parcours :

  • Interventions à 16h place Gambetta de Carton Rouge contre les abus de la grande distribution et pour des alternatives au projet financier, immobilier et commercial du rectorat et des salariés de l’hôpital Tenon en lutte pour défendre le service public.
  • Vers 18h, interventions au Belvédère, rue Piat des Gilets Jaunes de Belleville et du Collectif Maison de l’Air pour une maison du peuple à Belleville.
  • Vers 19h, place des Rigoles, interventions de Droit à la Belle Ville et des écoles du quartier en lutte contre la privatisation par la loi Blanquer.
  • Vers 19h30, place des Fêtes, interventions des Mères Combattantes, de La Cantine des Pyrénées, de United Migrants, du Collectif Jean Carré, de la Cabane Jaune suivies d’un banquet-partagé.
Dimanche 5 mai 17h-19h
Occupation du Belvédère de Belleville (rue Piat)

comme tous les premiers dimanches de chaque mois

POUR UNE MAISON DU PEUPLE

Maison de l'Air

2013 : le très populaire musée municipal « La Maison de l’Air » est fermé sans explication

2015 : la Ville lance un appel à idées en direction des « opérateurs économiques »

2016 : création du « Collectif pour une Maison de l’Air aux Habitant.e.s » composé d’habitant.e.s, de collectifs et d’associations revendiquant la Maison de l’Air comme un lieu pour toutes et tous.

2017 : la Ville annonce un appel à concurrence pour installer un restaurant et privatiser les lieux et, pour casser la mobilisation des habitant.e.s, commence par un appel à projet pour un « Civic Hall » à titre d’occupation temporaire

2018 :

  • les «Halles Civiques» s’installent dans les lieux – projet hors-sol, sans lien avec le quartier, qui prétend « réinventer la démocratie » par la technique, en faisant l’impasse sur l’humain

  • création de l’association « Collectif Maison de l’Air »

2019 :

  • la Ville prolonge jusqu’à la fin 2020 l’occupation temporaire des « Halles Civiques »

  • le « Collectif Maison de l’Air » se rapproche des Gilets Jaunes de Belleville et lance un appel à une occupation populaire

Nous, habitant.e.s et usager.e.s du Parc de Belleville, nous opposons à toute occupation de la Maison de l’Air sans lien avec les habitant.e.s.

Nous exigeons l’annulation de l’appel à concurrence, privatisant de fait cet espace public.

Nous refusons de même l’occupant actuel, ainsi que tout projet hors sol, déconnecté de nos réalités et de nos aspirations concrètes.

La Maison de l’Air est notre patrimoine commun ! Faisons-en l’ouvroir d’un urbanisme et d’une démocratie qui ne se feront PLUS SANS NOUS !

Pour un projet commun autonome et autogéré

une maison d’accueil ouverte à tout.e.s

un lieu de luttes et de démocratie non institutionnelle

une Maison du peuple !

LA MAISON DE L’AIR EST À NOUS !

collectif.maisondelair@gmail.com https://www.facebook.com/LaMaisondelAirAuxHabitants/

Une – petite – opportunité associative ?

En cette période électorale, restons vigilants…

Au niveau des promesses, la situation évolue. On n’aurait finalement pas manifesté lundi 15 avril sans écho en haut-lieu ? Une opportunité s’entrouvre au « rectorat » à l’adresse des associations pour 120 ou 150m2.

Samedi dernier, sur l’agora place Saint-Fargeau, où nous tenons notre table d’information tous les samedis, nous avons eu, comme il en est coutumier, la visite de Jacques Baudrier, élu du XXe (PC) et collaborateur de Jean-Louis Missika. Jean-Louis Missika est le premier adjoint de Madame Hidalgo, chargé de l’Urbanisme, de l’Architecture, des Projets du Grand Paris, du Développement économique et de l’Attractivité. Jacques Baudrier est son conseiller délégué chargé des Questions relatives aux Constructions publiques, aux Grands projets de Renouvellement urbain et à l’Architecture.

Selon J. Baudrier, Olivier Renard, qui est pour sa part le chef de cabinet de J.-L.Missika, fut le principal animateur de la réunion en mairie du XXe, le 15 avril, entre les chefs de groupe politiques de la majorité et le promoteur Icade.

Après la réunion du lundi, pendant laquelle une cinquantaine de Carton Rouge rapidement mobilisés manifestaient,

 

 

 

 

 

 

 

les jours suivants, sous les lambris de l’Hôtel-de-Ville, dans les bureaux de l’Urbanisme, il semble qu’on a continué à réfléchir à la question du « Carrefour du rectorat ». Jacques Baudrier nous a affirmé sur l’agora du samedi place Saint-Fargeau, que l’option pour un local associatif rue du Groupe Manouchian (un des trois locaux à côté du Carrefour) est totalement ouverte. Olivier Renard pourrait négocier avec Icade jusqu’à 120€/m2/annuel pour ce local, soit pour 150M2 = 1.500€/mensuels et, si c’est au final 120m2=1.200€/mensuels. Une négociation sous les auspices de « l’intérêt général » évoqué dans la convention signée en décembre 2015 par Madame Calandra, le promoteur initial CVI-Cargill et Carrefour. Un coût accessible à un groupement d’associations pour lequel la situation dans ce « centre-ville » donnerait une visibilité et des opportunités de développement nouvelles profitables pour les habitants alentour.

L’avis de Carton Rouge :
Option 1. Une grosse association pourrait payer le loyer et pour les créneaux inoccupés refacturer (sans plus-value, svp !) à des associations plus petites, par exemple au Cercle d’escrime franco-cubain logé au sous-sol du collège Gambetta et à d’autres associations. Avec la non-reconduction fortement probable d’une trentaine d’associations si le Théâtre de Ménilmontant redémarre ses activités, il y a un potentiel de locataires associatifs conséquent. Avis aux candidats ! Les locaux sont livrés en juin.
Option 2. Créer une structure commune à diverses associations.

Pour de plus amples renseignements et un coup-de-main, Carton Rouge reste à disposition de ses partenaires associatifs et aux autres associations intéressées. Il faut battre le fer tant qu’il est chaud : livraison du local en juin.

Rappel de notre sondage sur la suite à donner à notre mobilisation
Pour l’instant :

  • Contester jusqu’au bout l’arrivée de Carrefour avec manifestation puis appel au boycott = 65 votes
  • Négocier avec Icade, le promoteur, pour permettre en parallèle des activités associatives et culturelles = 46 votes
Fucking francophonie !
Après la fermeture du centre d’animation des Amandiers l’année dernière, le Tarmac, seul théâtre en France dédié à la francophonie est prié par le ministère de la Culture de quitter les lieux fin mai… la mobilisation des habitants avait pourtant initialement permis de repousser d’un an cette éviction afin que le Tarmac puisse s’organiser et trouver de nouveaux lieux… Nothing to fuck with the « francophonie », it’s not a matter!
Irréductibles !

Sur l’agora place Saint-Fargeau, tous les samedis matin de 11h à 13h, les vaillants membres de  Carton Rouge cristallisent la résistance au projet financier, immobilier et commercial « du rectorat » ! Leur obstination quasi ininterrompue depuis juin 2016 y est remarquée, par les habitants et par les élus, candidats futurs, et c’est là que sont venus et reviendront les médias. C’est l’agora qui nous rend visibles et crédibles bien au-delà de la place Saint-Fargeau.

Pour définir la suite de la mobilisation, la dernière assemblée du collectif animé par Carton Rouge a décidé d’un sondage destiné aux habitants qui leur est désormais proposé sur l’agora   :

Option 1
Contester jusqu’au bout l’arrivée de Carrefour avec manifestation puis appel au boycott
Option 2
Négocier avec Icade, le promoteur, pour permettre en parallèle des activités associatives et culturelles
Option 3
Faire respecter par Carrefour et Icade la convention signée fin 2015 entre le promoteur, Carrefour et la mairie du 20e

Appel à manifester lancé par notre partenaire « en toute franchise »
Aux 5.000 signataires de la pétition

NON AU CARREFOUR DU RECTORAT

RV de 14h à 18h, 139 rue de Bercy, Paris 12e, M° Bercy

Nombre de membres actifs du collectif animé par Carton Rouge rejoindront ce rassemblement pacifique et déclaré à la préfecture pour dénoncer les abus de la grande distribution et lui réclamer le paiement de ce qu’elle doit à l’Etat à cause de ses surfaces illicites. C’est aussi l’opportunité, via pancartes et slogans, de faire connaître et de partager le constat d’une situation locale dans le XXe que d’autres vivent aussi, ailleurs dans Paris et en France. Venez vous aussi exiger des alternatives au projet : un marché bio et de circuit court, des équipements sociaux et culturels indispensables à tous, des ateliers de réparation, une salle de sport, des locaux associatifs, une salle à louer pour tous, etc.

 

image001 (1)


Sondage « NON AU CARREFOUR ! Suites ? »
Aux 5.000 signataires de la pétition

NON AU CARREFOUR DU RECTORAT

Nous ne sommes pas que des consommateurs !

Le « 94 avenue Gambetta » ne serait opérationnel qu’en juin et c’est bien la société Publicis (dans la partie bureaux) et Carrefour qui s’y installent. Les petits locaux commerciaux à côté du supermarché sont encore sans locataires.

Nous avons débattu âprement au sein du collectif animé par Carton Rouge au sujet de l’opportunité de revendiquer ou non l’installation d’activités associatives et culturelles à côté d’activités marchandes (selon la convention signée en décembre 2015 entre le promoteur et la Mairie du 20e, qui prévoit que la moitié du plus grand des trois locaux attenants au Carrefour « pourra être réservée pour l’installation d’une structure d’intérêt général »).

Les avis sont très partagés. Et vous, qu’en pensez-vous ?  Répondez via notre sondage « NON AU CARREFOUR ! Suites? »


Comme déjà plus de 200 participants, donnez également votre avis sur les alternatives au Carrefour

Choisissez parmi les solutions alternatives



Résumé de  la réunion de Carton Rouge du vendredi 7 décembre
Nous allons envoyer aux signataires de la pétition et diffuser sur l’agora du samedi une consultation des habitants sur la suite à donner au mouvement :
1. Contester jusqu’au bout l’arrivée de Carrefour avec manifestation puis appel au boycott.
2. Négocier avec Icade, le promoteur, pour permettre en parallèle des activités  associatives et culturelles.

Les Gilets Jaunes de St Nazaire et leur Maison du Peuple

Le collectif animé par Carton Rouge ainsi que le Collectif Maison de l’Air militent chacun dans leur secteur du 20e, Saint-Fargeau et les Hauts de Ménilmontant pour le premier et Belleville pour le second, pour une maison commune, un lieu pour tous. Voici un exemple de combat similaire, mais avec d’autres formes d’action.

« Depuis que les gilets jaunes ont fait irruption le 17 novembre, il y a les grands samedi à la capitale et les blocages de la semaine en province, les rond-points occupés, les autoroutes libérées de leurs péages. À Saint Nazaire, c’est le port autonome que les gilets jaunes bloquent quasi quotidiennement, les quelques rond-points d’accès sont désormais habités nuit et jour.
La particularité de ce qu’il se passe à St Nazaire, c’est qu’ils ont désormais un espace d’organisation et de vie qui leur permet de se coordonner et d’imaginer la suite, une Maison du Peuple.
Nous avons reçu un récit d’un lecteur de lundimatin qui nous raconte deux jours passés sur place ainsi qu’une video dans laquelle les Nazairiens prennent le temps d’expliquer comment ils ont pris leur lieu, comment ils s’organisent pour les blocages, et aussi ce qui les tient et qui leur permet d’affirmer qu’ils iront jusqu’au bout. »

(Extrait du site du  Journal en ligne Lundi Matin

Assemblée générale ordinaire du Collectif Maison de l’Air

Capture d_écran 2017-06-27 à 18.39.50

Fermée par la mairie de Paris depuis maintenant plus de deux ans, la Maison de l’Air accueillait les Parisiens, notamment les enfants des écoles autour de la thématique de la qualité de l’air. Le Collectif Maison de l’Air, dont Carton Rouge est partie prenante, se bat pour que ce bel édifice, situé en haut du parc de Belleville, redevienne un lieu ouvert au public et qu’il accueille les activités des associations du quartier.

Convocation de l’assemblée générale ouverte à tous les habitants
le 26 novembre 2018 à 19h
45, rue de Tourtille 75020 – local de Chinois de France – Français de Chine

Parmi les points à l’ordre du jour

– Présentation du Collectif et un point sur la situation actuelle
– Opportunité d’une occupation temporaire de la Maison de l’air par le Collectif

Collectif Maison de l’Air
10 rue des Annelets – 75019 Paris

Dites Stop ! aux élus

… qui font dérayer leurs petites entreprises commerciales et artisanales vers les dépôts de bilan, les liquidations judiciaires et les fermetures de magasins sans se soucier de la misère de ces entrepreneurs, de leur centre-ville déglingué !

ETF oct 18

Carton Rouge participe à la campagne d’affichage de son partenaire
En Toute Franchise

Premiers affichages sur les vitrines des commerçants du quartier menacés par l’arrivée du Carrefour Market du rectorat prévue en janvier et sur les boutiques d’ores-et-déjà fermées :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

NOUS NE SOMMES PAS QUE DES éLECTEURS
Depuis son irruption sur la place publique le Collectif Carton Rouge d’habitants, de commerçants, d’associations et de membres du conseil de quartier pour une alternative au projet immobilier, commercial et financier du rectorat exige des élus une réelle concertation des habitants sur les projets du quartier ainsi que sur les besoins d’équipement socio-culturel de proximité et d’un jardin public. Voici une occasion unique pour les habitants d’interpeller eux-mêmes directement les élus.
« Nous ne sommes pas que des consommateurs » et nous ne sommes pas plus « QUE des électeurs », allons exiger la livraison de cet espace vert tant attendu avant les élections municipales de 2020 ! Mieux vaut tenir que courir cinq ans de plus.
Capture d_écran (269)
Réunion de rentrée du collectif Carton Rouge

Efficacité – ou pas ? – du soutien des élus, loi Elan qui ouvre les villes à la grande distribution, résignation des petits commerçants et artisans, succès de l’agora, volonté d’en découdre encore : le collectif animé par Carton Rouge a fait son bilan de rentrée, à découvrir ici CR du 14 septembre 18

Maison de l’Air du parc de Belleville

Un « diagnostic global, partagé et co-construit pour l’avenir de la Maison de l’Air » (l’ancien Musée de l’Air située dans le haut du parc de Belleville) : c’est le vœu adopté à l’unanimité du conseil d’arrondissement de Paris 20e sur proposition du conseil de quartier de Belleville ✌️Bravo! Les « zélus » doivent encore mouiller la chemise pour que ce vœu ne reste pas pieux !

Septembre 2018
Rentrée du collectif animé par Carton Rouge
Partenaires du collectif pour des alternatives au projet financier, immobilier et commercial dans l’ancien rectorat : association Surmelin-Saint-Fargeau Environnement, association Saint-Fargeau-Gambetta Villages, association La Py qui Chante au Coin du Bua, Paris-Est Villages, Télé Bocal, Ateliers de Ménilmontant, association Le Lien, association Les Ailes de Saint-Fargeau, association En toute Franchise Paris, association Maison des Fougères, association StopMonop’, association Carton Rouge, collectif La Poste On Riposte, collectif Maison de l’Air, collectif Tarmac, membres des conseils de quartiers TPSFF et Belleville
TELE BOCAL

La télé des luttes et de la confraternité souriante à Paris A SUBITEMENT ETE RAYEE PAR YOUTUBE
CENSUREE ! COMPTE FERME !
LES LIENS VERS LES VIDEOS QUI Y SONT HEBERGEES
DONT CELLES QUE TELE BOCAL A CONSACREES A NOTRE COMBAT
SONT DONC INOPERANTS
HEUREUSEMENT FACEBOOK N’A PAS – PAS ENCORE ? – CENSURE TELE BOCAL

ALLEZ SUR LE COMPTE FACEBOOK DE TELEBOCAL

ET ECRIVEZ-LUI UN MESSAGE DE SOUTIEN

TELE BOCAL EST LE MEDIA ESSENTIEL POUR LES MOBILISATIONS
COMME CELLE DU COLLECTIF ANIME PAR CARTON ROUGE

Et retrouvez Télé Bocal à partir de 22h30 sur
Comment les promoteurs et la grande distribution veulent dessiner nos lieux de vie
Voici un article du journal boursier « Investir ». C’est l’interview d’un des principaux dirigeants d’un « leader » parmi les promoteurs et gestionnaires de centres commerciaux, Jean-Marc Jestin président du directoire de KLEPIERRE.
Extraits :
« Pour nous, le grand concurrent a longtemps été le high street, c’est-à-dire la rue piétonnière et les commerces de pied d’immeuble, mais c’est de moins en moins vrai. Beaucoup de commerçants font un arbitrage entre high street et centres commerciaux car ils ont envie d’être tous sous le même toit, pour bénéficier d’une plus large fréquentation. » 
Jean-Marc Jestin relativise la « sauvagerie » de la concurrence entre les centres commerciaux et les rues des centre-villes puisqu’il affirme que ce sont les commerçants qui quittent d’eux-mêmes les centre-villes pour  des pâturages plus gras…
(…)
« Ces centres ne doivent pas forcément être les plus grands, mais leur taille doit être adaptée à leur zone de chalandise. Ils ne doivent pas être uniquement l’endroit où faire du shopping. Il faut créer d’autres raisons de s’y rendre, en implantant, par exemple, une bibliothèque, une école de cinéma, comme dans notre centre à Copenhague, des centres médicaux. Il faut aussi organiser des animations, tels des concerts, des défilés de mode ou des parades pour enfants. »
Ces propos de promoteur commercial nous apportent un élément de réflexion sur la tendance stratégique des grandes enseignes. On sait qu’à Europacity, à Gonesse, desservi par une gare que les élus ont prévue sur la prochaine ligne RER du Grand Paris, le projet  est d’associer  une piste de ski à un méga-hypermarché et son centre commercial. Dans ce passage de l’interview, la stratégie est bien confirmée : associer au commerce la culture, le loisir, la santé… Mais c’est bien ce qui se passait, ou qui peut se passer encore mais de moins en moins, dans les centre-villes : on y trouve les administrations, les cinémas, les centre-culturels, les médecins… et  l’église, bien sûr… c’est là que le commerçant trouve les clients parmi le public qui vaque à toutes ces occupations, un peu comme les marchands du Temple (allez voir les églises dans les centres commerciaux chez nos amis polonais au catholicisme pourtant moins « zombie » que le nôtre ou encore chez nos amis suisses qui nous mettent les pendules à l’heure).
Ce qui n’est pas évoqué dans cette interview, c’est la toute-toute dernière tendance, à savoir le retour du commerce en centre-ville, que la loi Elan en cours d’élaboration va organiser.
Ne nous faisons pas d’illusions, même si le Sénat entendait protéger le petit commerce, les discussions en cours à l’assemblée – qui a le dernier mot – montrent bien que les CDAC (Commission départementale d’aménagement commercial, qui autorisent les implantations des commerces) risquent fort d’être supprimées ou qu’au minimum elles ne seront consultées que pour des surfaces au-dessus de 1.000 voire de 2.000 m2….
Et même si les CDAC étaient conservées, on sait bien que dans leur composition actuelle, qu’il n’est guère question de changer, elles autorisent tout et n’importe quoi au profit des grands groupes, sans tenir compte de l’environnement écologique, social ou urbain.
Cette reconquête des centre-villes se fera donc — on le voit dans notre quartier parisien de Saint-Fargeau avec le projet de Icade-Carrefour –, par les grandes enseignes qui tiendront les petits commerçants à leur botte en leur imposant loyers et type d’activité…
D’ailleurs pourra-t-on encore parler de « petits commerçants »? La tendance est plutôt aux succursales des grandes marques tenues par des salariés, même chez les boulangers, par exemple la marque Paul du groupe de monsieur Holder (un des seigneurs du grand commerce)
Carrefour et Icade, avec la complicité, l’indifférence ou encore avec l’inefficacité des élus, ont cassé notre projet alternatif pour l’ancien rectorat (voir le compte-rendu de la réunion du 19 mars, plus bas), celui d’un pôle de consommation avec une grande coopérative de circuit-court associé à un pôle sport-santé et à un pôle loisir-culture… nous aurons  donc à réfléchir à l’opportunité soit de devenir un acteur dans cette tendance économique, à savoir cohabiter avec Carrefour, puisqu’on nous a laissé entendre qu’on pourrait obtenir des locaux (des locaux ont d’ailleurs déjà été promis à notre partenaire culturel et sportif « Les Ailes de Saint-Fargeau »)  ou bien à cette autre opportunité d’aller voir ailleurs, du côté du quartier des Fougères par exemple où Carton Rouge est sollicité pour aider aux projets d’une épicerie et d’un café solidaires, ou encore du côté de la Maison de l’Air, Carton Rouge venant à la fin juillet de participer à la création du Collectif Maison de l’Air qui entend tout faire pour que ce lieu soit dédié au service des habitants du Nord 20e.
Les débats sont ouverts !

 

 

Juillet 2018

Une Maison de l’Air pour tous !

Carton Rouge fait partie des fondateurs de l’association Collectif Maison de l’air réunissant des habitant-e-s, des associations, des collectifs qui a enfin été constituée le 26 juillet dernier, n’est-ce pas une bonne nouvelle ?

Capture d’écran (232).png

Une réunion en septembre aura pour ordre du jour :
– Information sur la création de l’association, son objet et son fonctionnement à venir  ;
– Orientations et perspectives 2018-2020 : occupation temporaire de la Maison de l’Air, actions et activités à mettre en place ;
– Campagne d’adhésion et ouverture de la composition du CA actuel ;
– Suivi du vœu voté en Conseil de quartier le 10 juillet, pour l’étude de diagnostic global.
Capture d_écran 2017-06-27 à 18.39.50

 

Ancien rectorat : les travaux avancent !
L’américain Cargill n’en finit pas de faire une bonne affaire avec son opération rectorat de Paris acheté 53 millions d’euros, vraiment pas cher et revendu 137 M€ en VEFA (avec remise en état) à Icade,  Icade louant ensuite à Carrefour à un prix défiant toute concurrence (250€/m2/an)…
En zoomant un peu vous verrez comment Bouygues équipe la façade du bâtiment :
un gros pavé de polystyrène expansé, un petit filet certainement en PVC et une feuille à cigarette d’enduit…

20180721_185909

Imaginez la durée de vie d’un tel assemblage et regardez comment c’est discutable du point de vue écologique et en plus très inflammable
Un architecte spécialisé dans les bâtiments publics commente ainsi l’ouvrage :

« Je confirme : c’est de la m…de. 
Sans doute du polystyrène expansé (!) tellement peu performant qu’il faut en mettre une épaisseur impressionnante. Du coup, faut pas trop d’épaisseur d’enduit sinon les chocs thermiques le feraient péter, et puis il ne tiendrait pas. Mais en faible épaisseur, il craquera aussi du fait des mouvements différentiels (cf. grosses fissures non traitées). 
Comme tu dis: c’est cheap. Mais ça n’est certainement pas fait pour être durable – au sens où ils le revendront vite, d’autant que vous commencez à leur plaire avec le bruit que vous faites autour de leur « petite affaire » 😋
En tout cas ça ne ressemble pas aux préconisations dispensées sur le marché français de l’ITE (Isolation Thermique Extérieure)… »

Une info à diffuser avant que la nouvelle loi sur les « fakenews », qui complique sérieusement la diffusion d’informations sur les sociétés, nous tombe dessus…

 

Vacances, j’oublie pas tout…

Sur Facebook, opération le PLUS GRAND ALBUM PHOTO des , sur la page . Montrez les tristes centre-villes de vos vacances en France, les tristes rues de votre ville ou de votre quartier désertés par les commerces, les artisans, les cafés, La Poste, etc. 

Revoir la Conférence ETF d’avril

Vidéo de la conférence Nexus-En Toute Franchise sur le scandale des 418 milliards dus par la grande distribution à l’Etat français (avec Philippe Pascot, Etienne Chouard, le maire de Tournus et le collectif contre le projet d’Auchan à Gonesse, Europa City).

En Toute Franchise qui fédère les commerçants et artisans en lutte contre les abus de la grande distribution organisait une Conférence nationale à Paris 

Programme Conférence 28 avril 2018

Carton Rouge se commettait à la Nuit des Débats en mars

De 20h à 23h, samedi 24 mars 2018, Carton Rouge occupait la place Saint-Fargeau dans le cadre de La Nuit des Débats organisée par la Ville. P1100211

Compte-rendu de la réunion du 19 mars … et ses suites

Réunion organisée par le cabinet de l’adjoint de Madame Hidalgo, Jean-Louis Missika, à l’Hôtel de Ville de Paris entre le collectif animé par Carton Rouge, le P-DG d’Icade et les élus.

Le collectif animé par Carton Rouge a exposé son projet alternatif au projet dans l’ancien rectorat de Paris devant les élus du 20e et conseillers de Paris, dont la maire du 20e, Madame Calandra et les représentants de tous les groupes politiques de la municipalité du 20e, opposition et majorité comprises, certains élus étant adjoints à Madame Hidalgo comme Antoinette Guhl et Frédéric Hocquard ou conseiller d’adjoint comme Jacques Baudrier.

Au compte-rendu que vous pouvez consulter en cliquant sur le lien « Compte-rendu de la réunion du 19 mars » ci-dessus, il faut ajouter les suites de la réunion, ou plutôt leurs conséquences probables…

L’association « Les Ailes de Saint-Fargeau », membre du collectif animé par Carton Rouge a présenté son projet de gymnase et de salles de sport et de salles dédiées à la culture qui pourraient prendre place dans les locaux de l’ancien rectorat. Soit quelques centaines de m2. Au cours de la réunion, les représentants de l’association se sont vu promettre des locaux par le DG d’Icade, Olivier Wigniolle, des locaux à l’intérieur du projet.

Nos partenaires souhaiteront-ils poursuivre avec Icade, avec ou sans leurs partenaires du collectif ? Car on promet à certains et rien aux autres … de quoi transformer l’intérêt collectif patiemment construit… Et les promesses, seront-elles tenues ? A quel prix ? Icade laissait entendre que « Les Ailes de Saint-Fargeau » bénéficieront de la même générosité accordée à Carrefour, à savoir payer un prix de location très en-dessous du prix du marché…

L’association « La Source » (projet de coopérative de consommateurs sur le modèle de « La Louve » dans le 18e) a également exposé ses besoins, soit 1.500m2 pour faire fonctionner son projet de supermarché coopératif et solidaire dans l’ancien rectorat. « La Source » était alors notre plus « gros »partenaire au sein du collectif, celui qui participait le plus à rendre crédible notre projet global sur l’ensemble des m2 initialement prévus pour du commerce, dont le super-Carrefour…

Le 20 mars, « La Source » faisait savoir dans sa newsletter que les locaux du rectorat finalement ne l’intéressaient pas… Nos amis souhaitent qu’on ne fasse pas de lien avec la nouvelle également – maladroitement ? – annoncée sur la même newsletter, à savoir qu’il allait leur falloir ouvrir un compte en banque pour y déposer le montant de la subvention qu’un adjoint de la mairie de Paris – cherchez lequel – leur avait promise en 2017…